Votre matelas et vous, c’est une longue histoire d’amour ! Après plusieurs années d’usage, il faudra bien que vous vous en sépariez au profit d’un nouveau. C’est une décision parfois difficile au regard des nombreux souvenirs qui y sont reliés. Mais, comme on dit souvent, « rien n’est éternel », c’est aussi le cas pour votre literie. Alors si vous avez l’intention de changer votre accessoire de sommeil, il vous faudra faire attention à certains paramètres essentiels qui vous aideront à déterminer le moment propice pour le faire. Envie d’en savoir plus ? Lisez ceci.

 

Lorsque sa durée d’utilisation est arrivée à terme

Les matelas emma précisent bien qu’un matelas a une durée de vie bien déterminée. Celle-ci est estimée à environ 10 ans soit de 43 000 nuits, ce qui équivaut à 30 000 heures de sommeil. Passé ce délai, il est conseillé de changer votre matelas. Il est vrai que cet indicateur relatif à la durée de votre accessoire de sommeil n’est qu’une moyenne. En effet, la durée de vie de votre literie peut varier en fonction de nombreux paramètres notamment la qualité de l’équipement et les conditions d’utilisation à long terme.

 

Le matelas est un accessoire très important pour garder votre corps en bonne santé. Notez cependant que le nombre et le poids des personnes utilisant cet équipement sont des éléments à considérer. De même, les matelas emma confirment que la température et le taux d’humidité dans la chambre ont un rôle à jouer dans la durabilité du matelas.

 

De façon générale, l’idéal est de remplacer votre matelas au bout d’une dizaine d’années, même s’il ne présente pas ou peu de signes d’usure. À mesure que le temps passe, les capacités de la literie diminuent de façon très subtile. Une utilisation à long terme peut agir négativement sur la qualité de votre sommeil. Par ailleurs, il faut préciser que le sommier se change au même moment que le matelas.

 

Si vous voyez des signes extérieurs d’usure

En dehors de sa durée de vie, l’autre moyen efficace pour savoir quand changer votre matelas est de repérer les signes d’usure plus ou moins évidents. Leur identification n’est pas toujours facile à détecter. Il vous faudra alors faire preuve d’attention en contrôlant :

 

  • La fermeté de votre matelas
  • Les bruits qu’il peut émettre
  • La résilience de votre accessoire de literie
  • L’autonomie de couchage que votre matelas vous offrira.

Le premier point de cette liste s’explique par le fait que même un matelas très souple, ne doit pas s’affaisser de manière excessive sous votre poids. Cela peut aller jusqu’au point où les ressorts vous donnent des douleurs au dos.

 

D’un autre côté, si votre accessoire craque, grince, crisse, et geint à chaque fois que vous faites des mouvements, cela veut dire qu’il commence à vieillir et qu’il faudra le changer. À ce niveau, il convient de voir si le problème ne vient pas du sommier avant de penser à changer votre matelas. Pour ce qui est de la résilience, vous constaterez qu’au bout d’un certain temps, votre équipement peine à retrouver sa forme une fois que vous vous levez. Si vous constatez que l’empreinte de votre corps demeure dans la literie, cela veut dire que ce dernier est usé jusqu’à la corde.

 

Pour finir, l’autonomie du couchage est prise en compte lorsque les gestes de votre partenaire vous réveillent alors que ce n’était pas le cas par le passé. Si une telle situation se présente, sachez alors qu’il est temps de changer votre accessoire de couchage. D’autres facteurs comme les mauvaises odeurs issues d’un trop-plein d’humidité et le développement des acariens et des bactéries sont des signes qui devraient vous alerter quant à la nécessité de changer votre matelas.

 

Lorsque vous ressentez des douleurs dans votre corps

Les premières victimes d’un matelas inadapté sont le corps du dormeur et la qualité de son sommeil. Il est donc important d’être attentif à ces deux paramètres et aux réactions de votre corps pour identifier le moment propice à un changement de couchage.

 

Si au réveil vous ressentez des courbatures ou des douleurs de dos, cela montre que votre matelas ne favorise plus un relâchement musculaire suffisant. D’un autre côté, il faudra tenir compte également de la corpulence de la personne qui l’utilise. Pour un adulte par exemple, il faut opter pour un matelas ferme ou souple selon les besoins et le poids de l’utilisateur.