Le chanvre est autorisé à la culture mais uniquement à condition de respecter les conditions que les réglementations imposent. La France a ses réglementations et l’Union Européenne les siennes. Les semences doivent par exemple être validées par un organisme certificateur.

Les modes de culture du chanvre européen

Tout d’abord, il faut savoir que la culture du chanvre n’est autorisée au sein de l’Union Européenne que pour les variétés de la plante ayant un taux de THC (Delta9-TétraHydroCannabinol) inférieur à 0,2 %, le THC étant un cannabinoïde psychoactif caractérisant les stupéfiants. Sur le territoire européen, il est cultivé suivant deux modes : en mode battu pour optimiser la productivité de la paille et de la graine ou en mode non battu pour maximiser le rendement de la paille. Les variétés françaises particulièrement varient de celles qui sont très précoces (cultivées en mode battu) à celles qui sont tardives (cultivées en mode non battu). Le repère concernant la précocité, c’est la phase de pleine floraison où s’ouvrent les dernières fleurs femelles de 85 % des plantes de chanvre. En Europe comme n’importe où sur le Globe, la pleine floraison du chanvre se produit à date fixe.

La certification des semences dans l’U.E

Des réglementations françaises et européennes qui ont été harmonisées à partir de 2004 régissent la culture du chanvre en France et au sein de l’Union Européenne. C’est dans ce cadre-là que le Code de la Santé Publique énumère les 9 variétés françaises de chanvre seulement autorisées à la culture sur le territoire hexagonal et le catalogue communautaire mentionne la liste les variétés étrangères autorisées. Par ailleurs, les semences de chanvre européen doivent être certifiées et afin d’obtenir cette certification, le cultivateur doit démontrer que ses semences ne sont pas des semences de ferme puisque la culture en ferme a plus le pouvoir d’augmenter le taux de tétrahydrocannabinol dans les plantes. La certification ne peut être obtenue aussi que pour les variétés ayant un taux de THC moins de 0,2 %.

A propos de la précocité des plantes

Présentons les principales variétés de chanvre qui sont autorisées à la culture en France suivant l’ordre chronologique de leurs dates de pleine floraison. Pour le monoïque Uso 31, c’est le 20 juillet ; pour le monoïque Férimon, le 31 juillet ; pour le monoïque Fédora 17, le 1er août ; le monoïque Félina 32, le 4 août ; le monoïque Santhica 27, le 6 août ; le monoïque Epsilon 68, le 9 août ; le monoïque Futura 75, le 15 août ; le monoïque Fibror 79, le 20 août ; le dioïque Dioïca 88, le 5 septembre. 9 sont monoïques et 1 dioïque et la raison de cette sélection, c’est la productivité plus grande des chanvres monoïques en raison du fait que les pieds mâles des variétés dioïques ne produisent pas de graine et produisent moins de fibre. De plus, ils meurent bien avant les pieds femelles et gênent le fauchage.

Les chanvres que vous voyez pousser sur le sol européen sont tous des chanvres qui ont moins de 0,2 % de THC dans leur composition. Leurs semences sont certifiées et ce sont surtout des variétés monoïques ayant une précocité située entre le 20 juillet et le 5 septembre.